France Relance

FRANCE RELANCE : Signature de l'accord de relance entre l'Etat et l'Etablissement Public Territorial de Paris Terres d'Envol

 
 
Signature de l'accord de relance entre l'Etat et l'EPT de Paris Terres d'Envol

Le préfet de la Seine-Saint-Denis, Georges-François Leclerc, et le président de Paris Terres d’Envol, Bruno Beschizza, ont signé ce jour un accord de relance, feuille de route territoriale en termes de développement économique, de transition écologique ainsi que d’emploi et de cohésion sociale, qui s’inscrit dans le cadre du plan de relance décidé par le Gouvernement.

Déclinaison territoriale du plan de relance, cet accord marque un engagement mutuel pour répondre aux conséquences de la crise actuelle qui impacte particulièrement Paris Terres d’Envol. Il définit 54 actions conjointes autour de trois axes prioritaires :

 

  • Développement économique et à attractivité du territoire

 

Afin de permettre à terme, le rebond de la zone aéroportuaire, l’objectif est de soutenir l’innovation dans les filières historiques du territoire, notamment la filière aéronautique et les filières de l’événementiel et du tourisme que ce soit à travers le soutien à la transition numérique ou l’appui aux projets structurants.

Paris Terres d’Envol et l’État s’engagent également à développer l’industrie du futur en faisant du « territoire d’industrie » du Grand Roissy-Le Bourget un levier de développement des filières industrielles innovantes. Les nombreux atouts du territoire en termes d’infrastructures et de foncier disponible dans les zones d’activités existantes seront valorisés pour faciliter l’implantation d’entreprises industrielles de haute technologie et encourager le développement des filières innovantes dans le domaine de l’énergie, de la construction et du numérique.

La revitalisation des commerces de proximité sera, quant à elle, soutenue en créant un outil territorial de maitrise foncière et intensifiant leur accompagnement numérique en vue d’une montée en gamme du tissu commercial.

 

  • Transition écologique

 

Principales sources d’émission de CO2 sur le territoire, les transports et les bâtiments font partie des axes principaux de travail. Le développement de transports sobres en énergie et faiblement émetteurs de gaz à effet de serre se traduit par l’accompagnement des projets de mobilités nouvelles et durables et la mise en place d’un écosystème de mobilité électrique et hydrogène. Une attention particulière est portée à l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments par le biais de la rénovation énergétique et le développement des énergies renouvelables, notamment des réseaux de chaleur.

La transition écologique passe également par une consommation alimentaire responsable, c’est-à-dire l’appui local à  l’agriculture urbaine (jardins partagés…) et à l’économie circulaire mais également par  la préservation de la biodiversité ou encore la mise en conformité des réseaux d’assainissement.

 

  • Emploi et cohésion sociale

  

L’action conjointe vise à garantir des solutions d’emplois aux publics fragilisés par la crise, notamment les jeunes et les habitants des quartiers prioritaires politique de la ville, et à assurer la reconversion professionnelle des salariés des secteurs en mutation notamment dans l’aéronautique via une plateforme de transition collective. Cela passe également par la préparation à la transition numérique et aux métiers d’avenir, grâce au déploiement de conseillers numériques et au financement d’un campus de formation aux métiers du numérique ou encore d’espaces publics numériques. Le soutien à l’emploi se fera également par l’insertion via le développement des clauses sociales et par le développement de l’entrepreneuriat et des tiers lieux et espaces de coworking.

Un comité stratégique sera mis en place pour assurer le pilotage et le suivi régulier de la mise en œuvre des différentes actions prévues dans l’accord.

  

A propos du plan de relance

Dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et afin de redresser rapidement et durablement l’économie française, un plan de relance exceptionnel de 100 milliards d’euros est déployé par le Gouvernement autour de trois volets : l’écologie, la compétitivité et la cohésion.

La mobilisation des services de l’État et de l’ensemble des acteurs locaux, au premier rang desquels figurent les établissements publics territoriaux, a d’ores et déjà permis, l’attribution de plus de 460 M€ pour soutenir la relance économique et la transition écologique en Seine-Saint-Denis. Près des deux tiers de ce budget concernent des quartiers prioritaires politique de la ville. Ce soutien se poursuivra tout au long de l’année 2021 auprès des porteurs de projets publics et privés du territoire.