France Relance

France relance : 2/3 des investissements dirigés vers les quartiers prioritaires de la politique de la ville de Seine-Saint-Denis et leurs habitants

 
 

La préfète déléguée pour l’égalité des chances, Anne-Claire Mialot, participait le 22 septembre 2021 à la Préfecture de région Île-de-France à la remise des trophées France Relance dédiés aux acteurs du plan « 1 Jeune, 1 Solution ». Parmi les lauréats, le prix de l'apprentissage dans le secteur du bâtiment a été remis à une entreprise de Seine-Saint-Denis, FAIN à Noisy-le-Sec, qui emploie en apprentissage des jeunes notamment issus de QPV. Cet évènement permet de dresser un premier bilan plus général sur la mobilisation du plan de relance pour les habitants les plus précaires du département et les quartiers prioritaires de la politique de la ville, depuis son lancement en septembre 2020.

 

Accélérer les investissements de transition et soutenir le rebond du département : premier bilan de mise en œuvre de France Relance un an après

La vocation du plan France Relance est de créer de nouvelles opportunités : pour les jeunes qui entrent dans la vie active, pour les TPE-PMEPetites et moyennes entreprises qui ont des projets ambitieux, pour les entreprises qui se relocalisent dans le département, qui embauchent ou qui entament une transition écologique, pour les collectivités qui conçoivent des projets au service de l’amélioration du service aux usagers et du cadre de vie.

 

Une attention particulière au financement de projets dans les QPV

En Seine-Saint-Denis, compte-tenu de la particularité de ce département qui compte 63 quartiers prioritaires de la politique de la ville, regroupant 39% de la population séquano-dyonisienne, le plan de relance a eu une vocation particulière : celle de contribuer à la relance de ces quartiers prioritaires et de l’accès à l’emploi, à la culture, au numérique, à une alimentation saine et durable… de leurs habitants, particulièrement touchés par la crise sanitaire et ses conséquences économiques et sociales.

Depuis un an, les services de l’État dans le département se sont fortement mobilisés pour faire connaître le plan de relance auprès des acteurs œuvrant pour les quartiers prioritaires afin de les inciter à avoir recours aux différents dispositifs et fonds d’aide prévus dans ce cadre, au bénéfice des habitants des quartiers.

Ainsi, grâce aux efforts de tous les acteurs du département, plus de 700 millions d’euros ont déjà été attribués en Seine-Saint-Denis dans le cadre du plan de relance, dont 2/3 au bénéfice des quartiers prioritaires de la politique de la ville, de leurs habitants et des acteurs qui s’y emploient.

Chiffres clés

Quelques exemples de projets financés pour les QPV[1] et leurs habitants en Seine-Saint-Denis… 

En matière de rénovation des bâtiments, plus de 60 millions d’euros ont été dédiés à la rénovation thermique de bâtiments publics situés en QPV. Pour le soutien à l’investissement local et à la rénovation des bâtiments publics des collectivités territoriales, 50 millions d’euros ont été alloués pour accompagner le financement de plus de 100 projets d’investissement dans le champ des équipements scolaires et sportifs, de la transition écologique, de la résilience sanitaire ainsi que de la rénovation du patrimoine (DSIL) à travers le département. Ces crédits permettront ainsi la rénovation d’équipements installés au cœur de certains quartiers, ou qui accueillent un public qui en est issu. Le fonds pour le recyclage des frichesa permis de financer 14 projets de requalification foncière : dépollution des sols, requalification d’îlots de logements dégradés, opérations d’aménagement urbain et de revitalisation de cœur de ville ou périphérie urbaine… Tous ces projets sont à proximité directe de QPV, et trois d’entre eux se situent au cœur d’un quartier. Enfin, le plan de relance a financé la réhabilitation de deux équipements sportifs en QPV dans le cadre de l’appel à projets de l’Agence Nationale du Sport pour la modernisation et la rénovation énergétique des équipements sportifs, soutenue à hauteur de 1 million d’euros (une piscine à Tremblay-en-France, la patinoire municipale de Neuilly-sur-Marne).

En matière d’agriculture urbaine et d’alimentation durable, l’appel à projet « Quartiers fertiles »a financé 9 projets d’ampleur en QPV, dans des quartiers en renouvellement urbains pour un montant total de près de 2 millions d’euros. 14 associations et collectivités ont été soutenues pour leurs projets de Jardins partagés situés en QPV. Enfin, 17 projets visant à promouvoir l’accès à une offre alimentaire locale et de qualitépour des publics défavorisés seront accompagnés grâce au plan de relance.

En matière de culture, Parmi les trois opérateurs nationaux bénéficiant d’une aide exceptionnelle de l’État en Île-de-France, un est situé au cœur d’un QPV en Seine-Saint-Denis : 3 millions d’euros seront dédiés aux Ateliers Médicis, à Clichy-sous-Bois. Par ailleurs, les bibliothèques sont également accompagnées par le plan de relance notamment via un plan d’investissement exceptionnel pour les bibliothèques, qui a bénéficié à hauteur de 400 000 € au réseau des médiathèques de Plaine Commune, dont les bénéficiaires sont très largement des habitants de QPV.

En matière d’éducation, outre les bâtiments scolaires ayant bénéficié de fonds pour leur rénovation, 3 lycées en QPV ont été labellisés internats d’excellence et sont soutenus par le plan de relance.

En matière d’emploi,les jeunes des QPV font partie des publics prioritaires ciblés par les dispositifs du plan #1jeune1solution. En Seine-Saint-Denis (QPV et hors QPV), le plan 1Jeune1solution, représente d’ores et déjà plus de 35 000 jeunes accompagnés et 133 millions d’euros engagés. A titre d’exemple, on compte fin août 2021 : plus de 7300 entrées en Parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA) ; plus de 3100 entrées dans le dispositif Accompagnement Intensif des Jeunes (AIJ) ; plus de 2000 entrées en Garantie Jeunes. 321 Emplois franc + ont également bénéficié à des habitants de QPV.

En matière d’inclusion numérique, plus de 90 conseillers numériques France Services, financés à hauteur de 50 000 € sur deux ans par le plan de relance, interviendront dans le département auprès des publics fragiles, avec un moindre accès aux usages et outils numérique. Ils seront déployés essentiellement dans des structures situées en QPV, ou dans des structures recevant des habitants des quartiers. 

En matière de lutte contre la pauvreté, le plan de relance consacre 1,8 million d’euros pour financer 14 projets structurants dans le cadre du volet dédié au soutien aux associations de lutte contre la pauvreté. Ces projets permettront de répondre aux besoins alimentaires, de favoriser l’accès aux droits des plus démunis et de développer de nouvelles actions à destination des femmes en situation de précarité. Les habitants des quartiers prioritaires sont ainsi les cibles privilégiées des associations financées dans ce cadre.

[1]           Ou à proximité immédiate (moins de 500 mètres).