Actualités

Quartiers d'automne : Bilan en Seine-Saint-Denis

 
 
Quartiers d'automne : Bilan en Seine-Saint-Denis

Quartiers d'automne : Succès des projets financés grâce aux 1,6 millions d'euros mobilisés pour les vacances

Suite au succès de l’opération « Quartiers d’été » , la Ministre déléguée chargée de la Ville, Nadia Hai, a annoncé dès la fin du mois d’août la mobilisation de crédits complémentaires destinés à financer à nouveau des projets sportifs, pédagogiques et culturels pendant les vacances de la Toussaint, à destination des pour les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

L’opération « Quartiers d’automne » en Seine-Saint-Denis a donc cette-fois permis d’allouer plus d’1,1M€ au financement d’activités et évènements dans tout le département, ainsi que 500 000€ au financement de séjours labellisés « vacances apprenantes » pour les jeunes du département. Ainsi :

  • Plus de 150 activités sportives et culturels de proximité ont pu être financées, et avoir lieu pendant les vacances scolaires de la Toussaint. Certaines d’entre elles pourront s'étendre pour sur les congés de Noël et de février. De nombreuses activités sportives proposées aux jeunes avaient également pour but de promouvoir les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, afin de les engager dans la dynamique des jeux.
  • 1 137 jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville ont pu profiter de « vacances apprenantes »pendant les congés de la Toussaint, grâce au financement de séjours au sein du département ou ailleurs en France.

Des exemples de séjours

L’association Mots et regards a proposé à des élèves de 6e de différents collèges de Saint-Denis un séjour dans la région Centre-Val-de-Loire. La région, propice aux activités de pleine nature, a permis aux enfants de réaliser des activités en plein air. Des visites de sites culturels des environ étaient également au programme, et les matinées consacrées à un renforcement méthodologique ainsi qu'à un soutien en français. L’association a également organisé pour un autre groupe d’élève un séjour à Saint-Denis même, autour du vélo (organisation de balades à vélo dans la nature, apprentissage de la sécurité routière, ateliers de réparations des vélos...)

La ville d'Aulnay-sous-Bois, a pu organiser un séjour pour une vingtaine d’enfant à Dreux. Leur séjour dédiait les matinées au rattrapage scolaire, et les après-midis à des activités (accrobranche, vélo, escalade, Course d'orientation…). La ville de Bobigny a pu faire partir des jeunes en Normandie, pour un séjour autour du renforcement scolaire et d’activités créatives et thématiques en lien avec le développement durable et la transition écologique. La ville de Bondy a également pu organiser un séjour de ce type, en immersion dans la nature, en région Centre-Val-de-Loire. Les enfants ont ainsi pu aller à la découverte de la biodiversité et profiter d’activités comme de l’équitation.

Pour rappel, depuis le début de la crise sanitaire, l’État en Seine-Saint-Denis a tout mis en œuvre pour soutenir et renforcer les activités et les services de proximité proposés aux familles des quartiers prioritaires.

  • La préfecture de la Seine-Saint-Denis qui finance plus de 1 800 actions chaque année au profit des habitants des quartiers, a renforcé son soutien aux actions de proximité avec un fonds de solidarité de 100 000€ pendant la crise. Plus de 60 associations de grande proximité en ont ainsi bénéficié ce printemps.
  • L’opération « Quartiers d’été » lancée par le Gouvernement, a permis à plus de 50 000 jeunes séquano-dyonoisien de participer à des activités culturelles, sportives et éducatives directement dans leur quartier ou ailleurs. Dans ce cadre, 1,6M€ ont été attribués à des projets qui se sont déployés pendant l’été en Seine-Saint-Denis.
  • Enfin, l’État a mobilisé à la rentrée 2,2M€ supplémentaires pour la Seine-Saint-Denis à destination des associations de grande proximité qui se sont engagées et vont continuer à œuvrer pour aider les citoyens à faire face aux conséquences de la crise sanitaire (santé, aide alimentaire, éducation et la lutte contre la fracture numérique…) Ainsi, près de 240 associations se sont vues attribuer un montant de 6 800€ en moyenne.